Nos actions

Imprimer Partager

Implant EPO

Préservation de l'audition résiduelle lors de l'implantation cochléaire. Influence de la technique d'insertion et de l'administration d'érythropoïétine dans un modèle animal


Contact


Présentation

Depuis quelques années, les indications de l'implant cochléaire se sont étendues aux surdités sévères avec audition résiduelle mais efficacité insuffisante de l'appareillage auditif conventionnel.

Le respect de l'audition résiduelle au cours de l'implantation cochléaire permet d'envisager une stimulation bimodale, électrique et acoustique, du côté implanté et d'améliorer les performances auditives, notamment en termes de reconnaissance des mélodies musicales et de discrimination de la parole dans le bruit. Avec les techniques classiques d'implantations cochléaires, l'audition résiduelle n'était conservée que dans environ 50% des cas.

illustration projet V. Couloignier

Tomodensiométrie des oreilles internes permettant de vérifier l'implant dans la cochlée.

Différentes modifications dans les techniques d'implantations et dans les modèles d'implants ont donc été proposées afin d'accroître la probabilité de conservation des restes auditifs au cours de l'implantation : chirurgie atraumatique ou soft surgery, modifications des caractéristiques du porte-électrodes, diminution de la profondeur d'insertion du porte-électrodes dans la cochlée, administration intra-cochléaire ou systémique de molécules à visée otoprotectrice.

Le projet de recherche consiste à approfondir cette dernière stratégie en utilisant un modèle animal d'implantation cochléaire et une molécule à visée otoprotectrice administrée par voie systémique, l'érythropoïétine.

Créé Mercredi, 16 Juin 2010 Modifié Jeudi, 30 Septembre 2010

© 2010 Fondation Voir et Entendre. Tous droits réservés. Une réalisation Sud Edito et h2studio